mercredi 11 mars 2015

Hérisson, djihadisme, emballage de Vache Qui Rit

___Mes ptits loups,
___cela fait un sacré moment que je ne suis pas venue par ici... Je ne me pardonnerais jamais de délaisser de temps à autre ce blog... Mon ordinateur ne me permettait plus vraiment de vous écrire tranquillou et publier était devenu un peu compliqué, mais je vous accorde que ce n'est pas une excuse valable. Désormais, je suis dotée d'un matériel ultra performant -ils sont vraiment cro géniaux ces ptits engins à la pomme...!- et je compte bien profiter de ce privilège pour vous écrire encore et encore et encore ! 


___Ca fait du bien de reprendre du service...

___Aujourd'hui parait en librairie Papa hérisson rentrera-t-il à la maison ?, un conte pour enfant écrit par Nicolas Hénin et illustré par Pierre Torres, aux éditions Flammarion. Une question en guise de titre ; à l'époque où l'auteur construisait l'histoire, la réponse était atrocement en suspens.

___Nicolas et Pierre, reporters de guerre pour Le Point notamment, ont été enlevés le 22 juin 2013 au sud de la Syrie par un groupe djihadiste et furent libérés en avril 2014. A l'issue de cet éprouvante captivité de 11 mois est né l'album en question. Il s'agit de l'histoire d'un papa hérisson qui, pour nourrir sa famille, se glisse dans le panier de pique-nique d'une famille. Celle-ci ne le remarque pas et l'emporte. Le livre raconte alors les péripéties de ce papa hérisson qui tente tant bien que mal de rentrer à la maison. Un conte métaphorique qui fait écho à toutes les sortes de séparation que peut connaître un enfant.
___Au tout début, il s'agissait d'un jeu entre les otages : Nicolas, Pierre et David Haines, décapité en septembre dernier, jouaient à un jeu d'analogie animalière. Ils débattaient au sujet de l'animal qui leur irait le mieux, celui qu'ils voudraient être... Nicolas avait choisi le hérisson. Il a alors décidé d'écrire une petite histoire en imaginant ce qu'il raconterait à sa fille en rentrant. Il notait à l'époque les étapes du voyage du hérisson sur un emballage de Vache Qui Rit, l'ébauche de Papa hérisson rentrera-t-il a la maison ?. Puis un jour, Pierre, qui a consacré une part de ses études à la nature et en connait long sur les animaux, lui chuchote à l'oreille "tu sais Nicolas, le hérisson, il rentre toujours à la maison".

___Cette parution fait écho à Jihad Academy, l'autre ouvrage réalisé par Nicolas Hénin au sujet de son rapport au djihadistes. Il s'agit cette fois d'un essai, disponible depuis la semaine dernière en librairie. Pas question ici du récit de son histoire d'otage mais de son expérience, 10 ans de reportages entre l'Irak et la Syrie, ainsi que son point de vu sur l'implication de l'occident dans le chaos actuel. De quoi nous éclairer en cette période obscure, nous permettre de prendre du recul et d'entamer une réflexion, dernier outil pour venir à bout de ce chaos. 

Rendez-vous le 21 mars au Salon du Livre de Paris pour rencontrer Nicolas Hénin et échanger au sujet de Papa hérisson !



Affectueusement,
Lou. 

mercredi 31 décembre 2014

2015

___31 décembre, 16:09. 2014 pli bagage tandis que 2015 approche à grand pas. Déjà... Tout passe si vite. Tout arrive si vite.


___Cette année a été pour moi sublime et j'ai simplement envie de vous dire merci. Dire merci à ceux qui ont su m'ouvrir leurs bras et leurs cœurs quand j'en ai eu besoin, merci à ceux m'ont fait vibrer, merci à ceux qui sont présents même si c'est par intermittence et qu'ils sont loin, merci à ceux qui m'ont juste tendu la main, aussi à ceux qui sont là tous les jours, dans le quotidien, et qui le rendent plus doux. Et merci à ceux à qui je dois mes rires mais aussi mes pleurs, à qui je dois l'amour. Vous m'avez rendu vivante, tous. 


___2015 s'annonce grandiose. En vous écrivant ces quelques mots, je ne peux vous cacher que j'en ai très peur. C'est sacrément vertigineux... Car 2015 sera pour moi un saut dans le vide et j'espère de toutes mes force que je saurais voler. Je vous écrirais, je vous raconterais. Je suis rassurée que vous soyez là, connectés avec moi de temps en temps. C'est probablement une (voire la seule..?) des rares choses qui me restera intacte cette année, ce blog, vous et vos petits yeux adorés de lecteurs. Sortez les violons, je vais pleurer... Alors un grand merci à vous qui me lisez, lecteurs habitués ou lecteurs de passage, merci de vos réactions et de votre soutien. J'espère de tout mon cœur que mes articles vous intéressent et vous piquent là où il faut, j'espère que vous continuerez ce voyage avec moi en 2015 et au-delà



___Je vous souhaite une magnifique soirée mais surtout une très belle année 2015. Soyez triomphants, soyez curieux, engagez-vous ! Laissez parler votre cœur et la flamme qui brûle en vous, brillez. Vous êtes extraordinaires.


Passionnément,
Lou




























samedi 13 décembre 2014

Calcifer



___Et voilà, on y est. Cette période étrange pendant laquelle chaque choix nous donne l'impression d'être décisif, chaque geste nous semble nous orienter dogmatiquement. Qu'adviendra-t-il de nous après août ? Voilà le moment intime où la petite boule de feu que l'on pourrait appeler, de façon presque trop sommaire, "excitation", grandit en nous. La flamme gourmande se loge là, au creux de deux côtes, nichée entre le foie et l'estomac, confortablement installée. J'avoue, je m'en délecte. Cette petite chose est insupportable pour certains mais je crois que je l'aime assez. On s'entend bien. Il faut dire qu'on a appris à se connaitre, elle et moi. Elle me rend souvent visite, s'installe toujours au même endroit, au même recoin de ma cage thoracique, se nourrit de mes doutes et de ma peur, toujours à peu près de la même manière, toujours de façon croissante. Et, toujours, elle grandit et devient bien grasse à force de magnifiques festins, repue de cette nourriture abondante, jusqu'au moment fatidique où la réponse, le résultat vient. A ce moment-ci, la grosse bête éclate comme une bulle laissant entre le foie et l'estomac un immense espace vide. Je me sens alors toute légère, moi qui m'étais habituée à bouger pour deux, avec elle et son poids conséquent, là, au centre de mon torse. Peut-être va-t-elle ailleurs, entre les côtes d'un autre, en attendant le moment de revenir entre les miennes. 
 ___Mais pour l'instant, la demoiselle est en moi, tranquille et bien décidée à rester jusqu'à l'été. Protégée du froid, je la vois d'ici avec son large sourire et ses gigantesques yeux brillants se frotter les mains, se délecter des banquets à venir. J'aimerais vous dire qu'elle a les yeux plus gros que le ventre, mais c'est faux. Si elle se frotte les mains, c'est qu'elle sait que je suis une trouillarde et que du stress, elle va en avoir à croquer. Coquine. Elle ne me fait pas peur, elle. En vérité, je lui casse du sucre sur le dos mais j'aime bien la sentir tout contre moi. Ses flammes me brûlent d'adrénaline, ça me réchauffe face au froid de ce mois de décembre. J'ai tendance à prendre 100 ans, à moisir comme un vieux croûton l'hiver, à ne plus rien faire du tout. Merci petite boule de feu, grâce à toi, je bouge mes fesses. 
 ___Souvent, je suis contente de la retrouver : je sais qu'avec elle, j'ai tendance à gagner les défis. D'ailleurs il n'est pas rare que je me sente déboussolée lorsque je l'attends et qu'elle ne vient pas. Cette fois-ci elle est bien là, et ouf... car le challenge est de taille. Incontestablement, il y a du pain sur la planche. Je la sens qui grattouille contre mon ventre, je crois qu'elle veut vous dire qu'on va tout déchirer. 


___Amis presque bacheliers, amis "entre deux", amis qui réalisez de petits et grands projets, faites connaissance avec la petite boule de feu qui s'est blottie entre votre foie et votre estomac. Elle est bien sympa, je vous en fait la promesse, et elle nous rend vivant. Elle fait notre humanité. Elle nous fait vibrer, c'est fugitif, profitez-en.


De feu et de flamme, 
Lou.




_Calcifer


==

vendredi 21 novembre 2014

Joyeux anniversaire bleu

___Lorsque que s'installe une quelconque situation compliquée, une petite part d'entre nous se retrouve bien souvent pris dans ses filets sans n'avoir rien demandé à personne, sans n'avoir eu son mot à dire, sans n'avoir fait aucun choix pour en arriver ici. 
Les enfants.
___Embrigadé et en route pour endosser le triste rôle d'"enfant soldat" ou "esclave sexuel" ; séparé de son père qui doit quitter la France, expulsé ; privé de l'école, des soins sanitaires car ne possède pas d'identité ; mariée à 13 ans comme 49% des Éthiopiennes... Ceci nous semble à des années lumières de notre petites vies tranquilles. Ceci, sont les histoires des petites filles et petits garçons qui respirent en même temps que vous sur notre Terre, a seulement quelques heures d'avions. 

___Hier, nous fêtions les 25 ans de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, texte déclinant les Droits de l'Homme à ceux de l'enfant. La convention résulte d'un long processus qui fut finalement adopté en 1989 par l'ONU. Elle prône notamment le droit à l'éducation, à la santé, à la non-discrimination, à une famille, à un niveau de vie suffisant, à l'identité, à la protection en cas de conflit armé, mais aussi le droit d'être protégé contre les privations de liberté, contre le travail forcé, et tant d'autres choses... 
Parmi les 193 Etats reconnus par l'ONU, seulement trois d'entre eux n'ont pas ratifié le traité : les Etats-Unis (car certains Etats sont encore favorables à la peine capitale), la Somalie et le Sud-Soudan (à cause de contextes politiques troubles).


___Ceci me permet de vous parler de l'acteur principal de cette convention, agence que j'affectionne tout particulièrement : l'UNICEF. Ledit Fond des Nations Unies pour l'Enfance est un organe de l'ONU, consacrée à l'amélioration et à la promotion de la condition des enfants depuis 1946. Ses missions sont très larges, et consistent tantôt à apporter l'eau potable dans des bidonvilles africains, à militer contre le Sida (création de la série Shuga avec MTV), à vacciner massivement des enfants défavorisés, à prévenir contre la malnutrition, à réintégrer des enfants-soldats dans la société, mais aussi à construire des bibliothèques dans des lieux où règne la misère. L'action de l'UNICEF a la caractéristique d'être durable, c'est son souhait. L'organisation travaille alors main dans la main avec les Etats afin d'assurer une longévité et une continuité aux projets réalisés, une fois qu'elle aura quitté le terrain. Depuis presque 70 ans, les missions opérées sauvent des milliers d'enfants, de familles, mais il y a encore tant de choses à faire...


___Je suis militante UNICEF, mon rôle est de collecter certes, mais surtout de sensibiliser. Je veux être concise ce soir et aller à l'essentiel car je tiens à ce que chacun aille au bout de sa lecture sans s'ennuyer... Mais je souhaite de tout cœur discuter à nouveau de tout cela avec vous ! Vous parler des éléments et convictions qui m'ont portée jusque là, des humbles petits projets que j'ai pour participer à cette belle, grande aventure qu'est l'UNICEF. 
Avant un prochain article sur le sujet, si vous avez des interrogations, si vous souhaitez parler encore avec moi de l'UNICEF, de la Convention, si vous êtes curieux, n'hésitez pas et c'est les bras ouverts que je vous recevrais !

  • Dernière chose : si vous souhaitez faire un don, l'organisation vous propose de choisir ce que vous allez envoyer aux enfants. Une façon de savoir concrètement à quoi votre intervention va servir. Un livre, un jeu, un vaccin, un kit de protection contre Ebola, une malette "école en boîte" pour 40 élèves... Le choix est large ! Et ils ont tant besoin de nous...








Affectueusement votre,

Lou