jeudi 31 octobre 2013

délicatesse glacée

_____Il suffit parfois d'un rien pour chambouler une tonne de choses. Un changement d'heure, un simple changement d'heure et voilà un monde qui fond dans l'oubli pour un autre : l'été qui s'éclipse pour laisser place à l'hiver (oui, car d'après moi il n'y a pas d'automne, juste un été puis un hiver parce que je ne sens aucune différence entre un octobre et un janvier). La ville s'enveloppe d'un doux air frais qui pique le nez à ceux qui osent s'y aventurer, ceux-ci éprouvant alors le besoin de s'envelopper à leur tour dans toutes sortes de laines, encore habitués aux chaleurs estivales. 
_____Cela m'a frappée tout à fait à deux reprises. La première hier soir, lorsque je me suis rendue chez mon amour habitant dans une maison voisine à la mienne. Il n'était pas plus tard que vingt heure. J'ai caressé de mes bottes en cuir les pavés de la rue déserte déjà, et sombre mais éclairée de temps à autres de lampadaires suspendus par des fils relayant deux échoppes se faisant face. Mais, à peine avais-je sorti le bout de mon nez qu'une odeur, certainement la plus délectable et agréable qui soit, le parfum que je préfère entre tous, a envahi mes narines. C'était le délicat arôme de la ville qui s'endort presque pendant que le soleil d'hiver s'abandonne, lui aussi, à un sommeil lourd et profond. Pendant tout mon voyage, je me suis délectée de cette effluve si singulière et pourtant présente chaque fin de mois d'octobre, puis me suis questionnée à son sujet. Était-ce l'odeur du bois qui brulait dans les cheminées, les mets préparés dans les demeures bordant la rue ?
_____Cette modification absolue de manière de vivre m'a également percutée aujourd'hui. Une assommante flemmardise m'a envahie durant la journée entière, et je me suis laissée emporter par les délices d'un jour de vacances dont la fraicheur était trop intense pour la marmotte que je suis. J'ai passé des heures à dévorer un savoureux et splendide roman de Camus sous la couette, dans une chambre dont le saxophone de Miles Davis s'était emparée, éclairée par de simples bougies ci et là, mon petit corps fébrile encore tout endormi ne réclamant que de grands bols de café au lait surplombés de tendre mousse blanche, ainsi que la tendresse du lit.
C'est certainement à cause de cette journée de lecture que j'ai eu envie de vous écrire quelque chose de plus appliqué que d'ordinaire. Et c'est certainement à cause de tant de bouleversements que je ne vous ai pas écrit hier mais que je me suis attachée à le faire ce soir.

Merci d'avoir lu,
Lou.


mercredi 23 octobre 2013

IfeelMYheartSTOP

_____Chats des bois,

_____Que serait un bon film sans sa bande-original ? Une soirée entre potes sans sa playlist parfaitement adaptée ? Une balade dans Montmartre sans ses accordéonistes ?
La musique est partout, elle nous rythme nos vies et est depuis la nuit des temps une de nos façons de nous exprimer, c'est pourquoi j'aborde le sujet : voici un petit récap' de ce qui m'a touché musicalement.


_____Récement - MORCHEEBA a sorti un tout dernier album, Heap Up High. C'est le huitième du groupe culte, et l'esprit Morcheeba est toujours bel et bien présent. L'album replace au top le groupe qui avait un peu déçu ses fan avec son dernier opus sorti en 2010... (bientôt en concert à Mérignac)
_____Je fond pour :

______-----___- AGNES OBEL nous envoûte une seconde fois avec un nouvel album intitulé Aventine. Tantôt accompagnée d'un simple piano, tantôt emportée par les mélodies d'un orchestres de chambres, la voix douce et pure de la talentueuse artiste danoise nous transporte. 
_____Le passage du premier au second album et toujours difficile, surtout lorsque le succès était présent pour le premier : les attentes sont alors importantes pour le second, et c'est précisément le cas pour Aventine. L'artiste enfonce donc le clou et l'album séduit : la palette de sonorités s'élargit, les mélodies persistent nostalgiques, loin de tout artifice et toujours presque dénudées.
_____Je fond pour :


_____En pleine explosion - POLIÇA est un groupe polonais d'indie rock (avec des sons parfois électro et R&B) fondé en 2011. Leur premier album, Give You the Ghost, sorti en 2012 avait été très bien reçu par les critiques ; Les Inrocks parle de « chansons étranges et vaudoues, rythmiquement folles, chantées par une sirène auto-tunée à méduser les âmes les plus stoïques », Libération considère cet album comme un des meilleurs de 2012...
_____Sorti hier, le second album du groupe recueil pour l'instant de bons avis de la part du public.
_____Je fond pour :


_____Garçons locaux - NOMADIKA est un groupe Bordelais constitué de deux garçons : l'un à la guitare, l'autre au chant et à la guitare également. 
_____Ce groupe est issu d'un projet personnel créé par Simon, celui qui chante. Depuis un peu plus de 6 mois maintenant, Simon compose dans un esprit de liberté, de retour aux racines et touche du doigt une certaine sensualité. Sa voix, brut de décoffrage, est mise en avant par la création de mélodies accrochantes qui tiennent une rôle majeur dans ses morceaux très rythmés. 
_____En septembre dernier, un second guitariste, Lucas, est entré dans le projet et a bouleversé les compositions, toutes modifiées afin d'accueillir un nouvel instrument. Le duo aimerait travailler avec d'autres musiciens qui rejoindraient leur groupe, et cherche plus particulièrement un batteur. 
 _____Je fond pour :
 et puis en plus Simon c'est le meilleur parce que c'est mon chéri (et même que c'est moi sa muse).

de Nomadika.

Bisous bisous,
Lou.






mercredi 16 octobre 2013

des petits trésors du quotidien

____________Mes loulous,
_____jeudi dernier, j'ai eu une joli petite surprise de votre part ! En effet, j'avais rédigé le jour d'avant un article qui, même après des heures de boulot, ne me semblait pas abouti. Je l'avais donc publié mais n'en avait pas du tout fait la promotion sur les réseaux sociaux. Et jeudi matin, en allant checker si tout se passait bien dans la petite sphère des blogs, mes yeux se sont posés sur les statistiques de vues de mon blog : là j'ai halluciné. Sans en avoir parlé, sans vous y avoir convié, vous avez été plus de 150 à vous rendre sur le blog par vos propres moyens, conscient qu'un article paraissait tous les mercredis ! wow. C'est une vraie petite victoire pour moi, et je vous remercie de touuuut mon coeur de me lire chaque semaine !

_____Donc, c'est décidé le mercredi sera notre rendez-vous hebdomadaire ❤




______Bien, nous pouvons donc aborder le sujet dont je vous ai parlé la semaine dernière, à savoir Les Filles au Balcon, la nouvelle petite boutique Bordelaise de déco et accessoire de mode (les garçons, si vous sentez que cette article ne vous concerne pas du tout, je vous conseil de penser à noël qui approche : vous avez certainement une petite amie, une mère, une soeur où même une tante à qui il va falloir offrir un cadeau... continuez à lire, ça va vous intéresser !).
 
_____Vendredi dernier a eu lieu l'inauguration de la boutique, à laquelle je me suis rendue... L'endroit est ma foi fort charmant, tout comme sa propriétaire, qui est d'une gentillesse frappante. Et c'est avec un large sourire qu'elle vous explique que chaque pièce qui prend place dans sa boutique à été chiné par ses soins... 

_____Les Filles au Balcon, c’était tout d'abord un rendez-vous parisien que donnait Agathe, un lieu où artistes et évènements culturels  coexistaient pendant quelques moments pour le plaisir des rencontres.  Son arrivée à Bordeaux à laissé entrevoir à la jeune femme la réalisation d'une boutique/appartement dans le même esprit, projet qu'elle avait imaginé et qu'elle peaufinait depuis déjà bien longtemps... En septembre dernier a donc ouvert son agréable nid de petits trésors du quotidien, d'objets intemporels de créations intimistes

_____Ici, vous pouvez vous improviser collectionneur et  posseder une œuvre d'un artiste en devenir tout comme d'un artiste déjà connu à travers le monde : quoi qu'il en soit, la pièce restera toujours un petit bout de poésie.













Voilà, vous aurez fait un petit tour de la boutique à travers mes photos ! Mais le mieux, c'est toujours d'aller voir sois-même ; 29 rue Cheverus, à Bordeaux.


Bisous bisous, et a mercredi !
Lou

mercredi 9 octobre 2013

what's up?

_____Allez mes ptits lecteurs, aujourd'hui, soyons un peu curieux et arrêtons de nous focaliser sur nos petits nombrils. On va essayer de voir quelle expo nous pourrions faire découvrir à notre cher(e) et tendre, quel film nous pourrions aller voir avec le ouistiti qui nous sert de ptit frère, à quel spectacle inviter notre maman...


 AGENDA - octobre/novembre 2013 à Bordeaux



Les mecredis et samedis, de 10h00 à 13h00 et de 16h00 à 19h00 
ou visites sur rendez-vous, jusqu'au dimanche 24 novembre 2013, Place du parlement.
  
___L'artiste suisse Laurent Kropf y incarne la figure de l'artisan-entrepreneur, dont l'activité consiste à fabriquer des objets en série. Une quinzaine d'artistes ont ainsi accepté d'endosser pour l'occasion le rôle du maître d'ouvrage qui fournit à L'entrepreneur le travail à effectuer, et l'ont chacun pourvu de plans d'une oeuvre d'art réalisable en plusieurs exemplaire.

___Réalisées sur place, les oeuvres sont exposées en vitrine et vendues lors des ouvertures au public. Le spectateur peut alors y rencontrer l'artisan-entrepreneur et acquérir une oeuvre d'art originale certifiée. Il lui est ainsi permis, à son tour, d'incarner pour la postérité et pour une somme modique le rôle de collectionneur et propriétaire d'un patrimoine. En détournant la figure réputée incontournable du galeriste et en fixant le prix de l'objet de manière intrinsèque, Laurent Kropf questionne non sans humour la valeur de l'art.




Expo _ With a french accent, La lithographie aux Etats-Unis (1820-1860) 
Mercredis 9 et 16 octobre et 6 novembre visites guidées à 14h30, 
tous les jours entre 11h et 18h, jusqu'au dimanche 10 novembre 2013, musée Goupil. 

___Rassemblant une cinquantaine de lithographies américaines et françaises présentées par l'American Antiquarian Society de Worcester, l'exposition s'intéresse aux origines de la lithographie (style d'impression) américaine et l'influence de la technique et du savoir-faire français.  

___Inventée en Allemagne à la fin du 18e siècle, la lithographie se répand dans toute l'Europe et connaît un véritable triomphe en France dans les années 1820. Rapide et facile, ce nouveau procédé est adopté par de nombreux artistes et la circulation des images et des techniques s'intensifie entre les deux rives de l'Atlantique. Durant la première moitié du 19e siècle, des maisons d'édition parisiennes s'installent aux Etats-Unis. Parmi elles, la maison Goupil fait figure de pionnière et se spécialise dans la fabrication et le négoce des images
___
 Unique au monde, cette collection suscite l'intérêt pour sa dimension sociologique et anthropologique, et fait écho au règne de l'image contemporaine. 




Animation _ Fête de la science 
Jusqu'au dimanche 13 octobre 2013, dans tout Bordeaux

___La Fête de la science est l'occasion de découvrir les sciences et les techniques, de rencontrer les acteurs de la recherche et les lieux de production des savoirs.  

___La communauté scientifique se mobilise pour répondre à vos questions et pour que les sciences soient un plaisir ! Tous les ans en octobre, plus de 200 manifestations gratuites et ouvertes à tous, petits et grands, en groupe ou en famille, sont proposés dans toute l'Aquitaine.




Ciné concert _ Safety last !
A partir de 7 ans
Le samedi 19 octobre 2013 à 15h00, Auditorium 

___Un film de Fred Newmeyer et Sam Taylor avec Harold Lloyd. Piano, improvisation, Karol Beffa. 

___Les enfants qui sont venus voir le dernier ciné concert de Karol Beffa, sur des courts métrages de Buster Keaton, s'en souviennent encore ! Une musique trépidante dans une ambiance hilarante ! Le pianiste revient à Bordeaux avec un nouveau film burlesque : Safety Last ! 

 ___Récompensé aux Victoires de la musique en février dernier, le pianiste et compositeur sera plus que jamais à l'honneur puisqu'en décembre, c'est aussi la musique de Karol Beffa qui accompagnera la voix de Daniel Pennac dans L'oeil du loup. 
Date de sortie en salle : 09/10/2013 
Tous publics  
  
___"Trip a toujours été un grand admirateur de Metallica. Son rêve a finalement été exaucé, celui de travailler pour son groupe préféré. Alors que le groupe comble ses fans venus les voir sur scène, le jeune homme doit récupérer un objet mystérieux et indispensable pour le concert. Une fois en ville, sa camionnette est violemment heurtée par une voiture. Des casseurs en colère et escouades de police anti-émeute sont en train de s'affronter. Dans ce chaos, un chevalier masqué et dangereux prend Trip pour cible. En fait, il convoite le précieux sac de cuir que Trip doit remettre au groupe. Celui-ci est bien décidé à mener à bien sa mission..."
Pour faire découvrir gentiment a notre petit toitoine ce que c'est que de la vraie musique...



 
 + Tout au long de l'année, la base sous-marine accueille une programmation pluridisciplinaire : expositions temporaires, concerts, art lyrique, jazz, spectacles théâtre, danse.  

 Moi, j'ai mas places pour aller voir la compagnie de Pina Bausch ! Yiha !
Je les ai dénichées à J-9 (non sans peine...) 

et j'en suis trop heureuse, ravie, aux anges. 
C'est un rêve de petite fille qui se réalise, d'autant plus que
j'y vais avec mon minou ! Vite vite vite, samedi soir...



PS : le prochain article parlera de la toute nouvelle boutique bordelaise Les Filles au Balcon ! J'y prendrais des photos juste pour vous et discuterais avec la fondatrice juste pour vous, l'article sera super méga exclu hihi. Et si vous voulez faire les curieux/curieuses, rendez-vous vendredi soir à la boutique pour l’événement d'ouverture ! En tous cas moi, c'est sûr, j'y serai !!! A vendredi peut-être... ;)

Bisous bisous,
Lou.

samedi 5 octobre 2013

Cut cut cut

_____Mes saucisses des îles,

_____Voilà, ça y est, c'est fait. Après avoir déserté les salons de coiffure pendant 1 ans et 2 mois suite a un grave traumatisme de coupe un peu beaucoup trop courte (les filles comprendront, hin hin), je me suis enfin décidée a sauter le pas et a franchir, de nouveau, les portes d'un salon qui m’était inconnu (aucun ne m'ayant encore convaincue...). WOW.
_____Oui, parce que franchement, soyons sincères, c'est vraiment difficile de se jeter entre les griffes d'un homme qui nous ai tout a fait étranger, de lui confier sa crinière, cette crinière tant chérie, dont nous nous sommes tant occupée... Vous connaissez ça vous aussi.
_____Mais voilà, moi et mes cheveux avons une relation très particulière... Comme toutes les filles, je leur trouves un tas de défauts. De ce fait, je suis très stricte avec eux, je les rappelle souvent à l'ordre et on se bastonne pas mal... Mais comme toutes les filles, j'aime bien mes cheveux parce qu'ils sont une part de mon identité. Alors voilà, avec le temps et quelques tie&die par-ci par-là ou autres dreadlocks (oui oui !), mes cheveux et moi avons tissé des liens et avons désormais une relation privilégier... Puis moi, je suis contre le ménage a trois ! Sauf que ma crinière, elle, crit de douleur et réclame une seconde jeunesse... Il s'agit de passer sous les coups de ciseau d'un coiffeur : c'est ici que ça coince...

_____Hier, je me suis rendue dans le petit salon Vinyl se trouvant aux chartrons, à Bordeaux. J'arrive avec un quart d'heure de retard (shame on me, moi qui suis plutôt ponctuelle...) et Alex, un petit coiffeur chauve et tatoué, se présente à moi et me met immédiatement à l'aise. Il me demande si je vais bien et me rassure pour mon retard : il préfère ça que les personnes en avance. Il me pose des questions quant à mes attentes capillaires, analyse ma tignasse... 
_____Mon regard balaye la grande pièce, mes yeux se posent sur la déco rétro, les fauteuils en cuir rouge, les luminaires super stylou... +1. Alex me dirige alors vers un fauteuil et me fait de nombreux soins, puis me conduit devant un miroir : c'est le moment de vérité. 
_____A cet instant, Nini, un petit chien tout mignon, me saute sur les genoux et réclame des caresses ! Je suis vraiment en bonne compagnie hihihi. Alex sort les ciseaux, coupe, me demande régulièrement si ce n'est pas trop court ou si je veux qu'il coupe plus encore.
 ___Je lui explique que je tiens un blog et que je voudrai parler de son salon, qu'il me faudrait des photos. Alex rougit, timide, et m'autorise à le photographier pendant qu'il travail. Puis il sèche mes cheveux, les coiffe d'une façon très naturelle et me demande si je suis satisfaite de la coupe et du salon. Adorable. Il me tend un papier pour que je note le nom de mon blog, je paie (une somme qui me semble d'ailleurs relativement correcte !) et m'en vais, pour une fois complètement ravie de ce petit tour chez le coiffeur.

_____Voila, Vinyl, c'est un salon dont s'occupe deux hommes charmants qui vous demandent comment vous allez, qui vous complimentent sur la réalisation de votre tie&dye et qui se soucient réellement de votre satisfaction, un salon dans lequel un mini chien sympathise avec les clients et où des playlist Nova sont diffusées, un salon qui se trouve dans un quartier super mignon...Je suis super méga contente de ma coupe et de ce moment passé à me faire chouchouter par Alex. Finalement, c'est pas si mal un ménage à trois (ou 4 avec Nini !)


AVANT_____________________________APRES
photos prises toutes deux au saut du lit (pas de tricherie!)


Bisous bisous, 
Lou.
(&merci à Alex !)

mercredi 2 octobre 2013

Littérature

Ob.scène, récit fictif d'une vie de danseur, Enora Rivière.

_____Un titre qui intrigue et une couverture tape a l'oeil.
_____J'ai trouvé ce livre un soir, sur mon lit. Attirée, je l'ai attrapé, l'ai feuilleté puis ai commencé sa lecture. Il ne m'a pas fallu longtemps pour comprendre que le livre que je tenais entre les mains n'était pas commun. Pas de dates, pas de lieux, pas de personnages. Juste un "je" qui décrit en long, en large et en travers ce que fais et ressens un "tu", et toujours au présent.
_____Malgré des mots que je juge très justes, et décrivant parfaitement ce que peux ressentir le danseur, le manque d'informations sur les éléments du récit m'ont déstabilisée (en bien ou en mal ? Je me pose encore la question...). En fait, la sobriété d'après moi excessive, le dépouillement du texte m'ont dérangée. Cet ouvrage est alors, à mon sens, original, mais il faut manifestement être passionné par la danse pour y trouver de l’intérêt.





 
Stange Fruit, David Margolick.



_____Un titre qui raisonne en nous et une couverture symbolique.
_____J'ai trouvé ce livre dans un petit rayon nommé "jazz" chez Mollat, la plus grande libraire d'Europe. L'intérêt que je lui porte est né lorsque j'ai lu son titre. Strange Fruit, chanson emblématique (bien que peu connu de nos jours) de la merveilleuse Billie Holiday. Cette chanson, chantée pour le première fois en 1939, décrit les noirs pendus sur les peupliers du sud, ces "fruits étranges". Le livre, lui, raconte l'histoire de cette chanson, définie comme "la première protestation en paroles et en musique, premier cri non-voilé contre le racisme" ou encore comme un "document historique", ainsi que l'histoire de Billie, cette battante.
_____
Les mots sont frappants, tout a fait en accord avec la puissance et la violence avec laquelle cette chanson a frappé la société, l'a marquée. Je trouve cette oeuvre magnifique, beau témoignages de douleur et de combat. Petit + : photos parsemées un peu partout au fil du bouquin, ce qui le rend dynamique.




_

____J'espère que mes micro-analyses ont éveillé votre curiosité et vous ont intéressés ! On se retrouve très vite, et je laisse encore secrets les sujets des prochains articles (qui ne vont pas tarder a être publiés) ! Ce sera la surpaïse héhé.

Bisous bisous,
Loulou.