lundi 1 juin 2015

23:49

Et puis il y a ce moment hors du temps, comme une apnée forcée d'un millième de seconde, un coup sur la gorge et deux autres sur les tempes, assourdissant et, finalement, délicieux. Ce petit temps où tu comprends enfin pourquoi tu n'écris plus. Celui qui, juste après t'avoir été douloureux te devient merveilleux, et de façon si rapide qu'on pourrait croire que ces deux sensations-là se superposent, se confondent l'une dans l'autre à un endroit plus tout à fait précis. Ce petit temps ne dure qu'un très, très bref instant. Tout d'un coup, il y a cette grosse boule d'énergie qui part de ta gorge, très vite, passe par le ventre pour rebondir au fond du bassin, juste entre le sacrum et le pubis, rebondit donc et retourne se loger là, dans la gorge. Une grosse masse bouillonnante, je crois qu'on peut l'appeler adrénaline. Puis elle se dissout. Tu respires. 
Je ne rencontrais plus d'objets qui me bouleversaient. 
Depuis plusieurs mois, je n'ai été en contact avec aucun objet culturel, humain qui m'ait confrontée à mes limites ; un objet que j'aurais eu du mal à comprendre ; un objet dont la lecture, la rencontre, ou comme vous voudrez, me perde. Et je saisis, maintenant, alors que je viens de faire la rencontre d'un objet de ce genre, que c'est que je me construis. Que c'est ici que je puise le flux d'énergie dont j'ai besoin pour me nourrir, grandir, et écrire -comme l'extension de moi-même, peut-être... Je ne dis pas par là que je n'écrivais plus par manque de sujet à aborder, ni que je n'avais plus d'idées à défendre, de choses à raconter, de livres à présenter, d'oeuvres à partager... Au contraire, même. Je crois que je ne savais plus tout à fait qui j'étais parce que plus tout à fait complète parce que plus jamais secouée, saccagée, et émue.

J'ai découvert Solange te parle sur youtube, cette merveilleuse comédienne et vidéaste qui m'a absorbée par la justesse de ce qu'elle dit, mais surtout par sa vision des choses, du monde. Sa manière passionnante d'aborder la communication entre les gens, de moduler et choisir son élocution, de préférer le signifiant au signifié, la forme du message au message lui-même. Et l'émotion, alors. Tout ceci qui me raccroche au nouveau roman que j'affectionne tant, à la danse, mouvement du corps qui est un véhicule singulier du message, au simple corps lui-même qui en dit long... 

Il se fait tard, et peut-être que je n'écris plus comme il faut et que tu ne vas rien comprendre en me lisant ! Mais il fallait que je te le dise. Même si c'est intime. Depuis le temps qu'on se connait, je peux bien te confier ça. Je ne sais pas si j'écrirai plus souvent, plus densément, plus intensément. Quoi qu'il en soit, je sens qu'en ce moment quelque chose se passe là, dans mon petit corps, dans mon petit coeur, et dans ma petite tête. J'espère que j'en ferai quelque chose de bien pour toi.

Passionnément, 
Lou.